Sur le vote Chirac en 2002

Publié le par Rehan

Publié dans Penser

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Rehan 13/05/2007 20:33

Oua quel recul critique et constructif !2002 était une auto-célébration démocratique, pur spectacle parnugique.En ces temps où on nous vend le mot légitimité, je résume ce que j'ai déjà dis sur 2002.
Si vous vouliez lutter contre le fascisme, dénoncez la France qui entretien la collusion avec les pires dictateurs africains, dénoncez nos prisons, dénoncez nos BAC et autres milices. Ah comme c'est facile de s'offrir la petite manif' anti-fasciste de l'année, contre ce bon vieux bougre de Le Pen. Reusement qu'il est là lui, la cible consuelle. Ah comme c'est toujours facile pour la France officielle de dire "Bouh !! Pas bien le racisme, bouh !! pas bien Vichy ! Allez on va faire une stelle, et une manif ! " Cette France qui EN MEME TEMPS pratique la violence et la censure, cette France qui n'enseigne pas dans ses livres officiels que les camps de concentration pour Tziganes ont ouvert en 1939 et fermé en 1946, cette France qui poursuit Papon pour son pétainisme, alors que le 17 octobre, ce n'était pas sous Vichy, cette France qui pratique encore les rafles, qui parque des humains dans ses « centres de rétention », cette France qui assassine impunément, et qui refuse de reconnaître ces bavures qui n’en sont pas, ni ses horreurs judiciaires. Jamais je ne défendrais cette France là. Votre République exerce en permanence un négationnisme sur les crimes qu'elle a commis et continue de commettre. Et sa meilleure technique est toujours d'accuser l'autre, pour détourner l'attention. Nous n'avons pas à manifester notre soutien à la République du sang, du crime et du mensonge, dans un faux combat (une manif + un bulletin, et c’est plié) contre un faux péril. 2002 a été l'occasion d'une formidable intégration de la contestation. Chirac est un des pires ennemis du peuple et de la démocratie, en Afrique notamment, et vous lui avez donné 5 ans. Vous avez voté pour le soutien à des dictatures en Afrique, alors que rien ne l’imposait, les voix de droite suffisaient. Vote symbolique ? Quel beau symbole démocratique que le vote pour un bandit légal, à 85% ! Vive la Fance et ses valeurs démocratiques, Chirac est élu !
Un boycott radical d'un tel deuxième tour aurait ébranlé vos certitudes citoyennistes. Pourtant c'était la seule façon de marquer la distance avec cette République là, qui de Thiers à Sarkozy n'a eu de cesse d'organiser la domination, par la force quand cela était nécessaire. En 2002, sans simplisme (la France contemporaine n'est pas une dictature), mais contre vos mensonges républicains, je brûle ma carte d'électeur, et je ne vote pas pour le représentant des oppresseurs.

Jacques bolo 13/05/2007 20:16

L'élection de 2002 était un référendum anti-Le Pen. Ceux qui ne sont pas allé voter pour Chirac ne méritent pas qu'on les écoute parler de politique. Fin du débat.