Joscho Stephan : A écouter.

Publié le par Rehan


(Lire aussi la présentation de Jocho ici même.)



J'ai mis en ligne quelques enregistrements personnels de Joscho Stephan, que je trouve particulièrement... enfin vous verrez.
S'il y a des gens qui apprécient déjà Joscho, ils devraient être content de découvrir ces inédits. Il est encore plus sidérant en Live.

ça se trouve ici : http://dissidence.libre-octet.org/musique/


Ci-dessous des commentaires précis sur ces morceaux, que j'ai rédigé en réaction contre les attaques publiées sur manoucheries, forum où il fait bon ne pas m'aimer :) (ici)

En gros, ils disent que Joscho c'est qu'un con de technicien froid. Alors j'explique, preuves sonores à l'appui :


----------------------------------------------------------------------------


Bon, je ne vous cache pas que je suis attristé par certaines réactions.

Je ne peux pas comprendre que vous disiez que Joscho c’est du sport à la guitare, après avoir écouté les morceaux que j’ai mis en ligne. Je ne vous parle pas de Swinging Strings, ni des shows sur You Tube.
Vraiment Ecoutez ce que j’ai mis, et jugez sur pièce. Dîtes moi ce qui vous insupporte dedans…

J’suis d’accord pour reconnaître qu’il enchaîne les plans tout faits et parfaits, et que s’il se limite à ça, il va devenir chiant. Mais sur les morceaux que je propose, justement, il fait d’autres choses.
Quand même, citer Mozart et Led Zep dans Nuages (d’une façon pas banale ou grossière) ! Et vous dîtes qu’il n’a pas d’idées, que c’est pas créatif…


Techniquement, il est meilleur que tout le monde. Alors c'est bon, plus la peine de parler de la technique. On va pas tergi-bloguer là-dessus, il terrasse tout. Et c'est justement ça qui est fort : c'est qu'il nous libère de tous les jugements sur la vitesse, la précision, etc. Puisqu'il est au dessus de tout sur ces questions tristement matérielles. Avec lui on sait qu'on s'en fou, à tel point que ça n'a plus de sens de dire "il joue vite". On peut dire ça, je sais pas, d'Angelo, ou de Moreno, tiens, là ça a du sens (parce que chez lui c'est esthétique). Mais Joscho, ça sert à rien de parler de sa technique, vu qu'elle transcende tout. Par son extrême facilité, il fait disparaître les contraintes matérielles, et nous permet d'oublier que ce n'est qu'une guitare et un humain, pour nous permettre de ressentir.
Son jeu extraordinaire dé-stresse justement, on a plus à se prendre la tête avec la technique chez lui...


J’avance des preuves. Je propose un exercice chiant, mais bon. Je relève dans les morceaux en ligne, quelques pépites. (Vous pouvez télécharger les morceaux en faisant « Fichier > Enregistrer Sous », et ainsi pouvoir écouter précisément les moments que je cite).


-----------
Piste 15


3''02 et 3''18 (+ 4''), prises de risques harmoniques, non ?
J'entends pas ça partout (pas chez les derniers Romanes par exemple)

3''54..., travail sur le rythme, mini-décalage (retard de la note), effet d'attente captivant... feeling non-technique.

4''17 à 4''20 typique de la fougue légère et drôle de Joscho.

À partir. 4''34 (juste après ce truc incroyable), solo en accord, montée de pression, avec un groove exceptionnel à partir de 4''46, jusque la citation.

5''15 qualité du son bluesy.

5''35 Si ça c'est pas créer une sonorité de dingue, une tension acide sur ce morceau pépère, pour retomber sur une citation avec le son rock qu'il faut…




--------------
Piste 13


Alors là, ceux qui disent qu'il n'y a pas de sensibilité chez Joscho, que ce n'est que de la technique froide, vraiment, vous n'avez pas de coeur... Déjà rien que pour la contre-basse, qui nous plante cette ambiance onirique.

Et Joscho, ce son, cette finesse dans l'entrée du morceau... c'est douceur... comment ne pas tomber amoureux ? (vers 50'' et jusque 1'' où il case une petite dissonance...) et puis 1''28
1''45 maîtrise du volume fort à chaque début de phrase

1''57 Vous sentez pas comme ça groove? 2'' Qui a un tel son blues sur une gratte manouche ?!

A partir de 3''10... D'accord c'est technique, mais c'est vraiment soumis à sa propre finesse et à son humour. Comme à 3''48.
3''52... un groove, un sens du rythme, comment ne pas bouger une partie de son corps en écoutant ça ?! Et il finit son solo avec une finesse...

Le bassiste n'est pas pour rien dans cet instant exceptionnel que j'ai vécu.
4''52 par exemple... c'est simple, mais...

07''51 Démiurgique. Après trois secondes comme ça, on peut plus tolérer les cons qui veulent jouer vite. Qu'ils arrêtent, ils n'approcheront pas Joscho pour qui ça, c'est secondaire (la vitesse et la technique ne structurent absolument pas ce morceau !).



---------------
Piste 14


Alors là......... je ne vous comprends pas… Mais c’est pas possible ! Vous pouvez pas dire que c'est de la technique froide les mecs... s'il vous plait.... moi je pleure sur le début du thème.
Exactement ici : 00''40. ça c'est presque la seconde musicale la plus dingue de ma vie. A chaque fois que j'écoute ce slide... le son qui vient d'une profondeur… Mais merde, tous les autres jouent du manouche avec une acidité de ferrailleur. Et lui, il nous arrache un moelleux sur sa gratte, un médium... Quel touché les gars, sérieux...

D'ailleurs, je précise qu'il jouait sur une grande bouche, ce qui n'est pas pour rien dans ses couleurs plus Jazzy, plus chaudes. Il a un son rare si on le compare à l'aridité, aux sons secs et agressifs des autres (mais présentez moi des sons comme ça, et je pleurerais encore).

Il nous fait un morceau tout calme, tout gentil, plein de tendresse, de simplicité (ptet trop me direz vous, mais je préfère que vous attaquiez ça), de sensibilité. Et vous criez au sportif de la guitare... nan c'est salop je trouve...

ça lui ferait de la peine de voir que vous ne retenez que les conneries de You Tube sur lui. Les deux fois où je l'ai vu, c'était un mec tout humble, tout sensible, un peu bougre comme ça, mais qui dégage une aura de beauté au moment ou il commence à jouer ce morceau. Il irradiait, ce garçon...



Publié dans Ecouter

Commenter cet article

Rehan 22/11/2007 23:02

Merci de participer au débat, de façon raisonnée.J'aime beaucoup l'idée de "talent protéiforme", à développer, tout comme les disctinctions entre virtuose et génie qu'il faut clarifier... (Si on veut philosopher sur la musique, mais on n'est pas du tout obligés de s'emmerder avec tout ça, il faut surtout écouter, et vivre la musique !)A propos de Biréli : « Techniquement, il est meilleur que tout le monde... " Je pense justement que non, que Biréli, n'est pas du tout le plus grand virtuose. Encore une fois, les questions techniques sont secondaires, mais je viens justement d'écouter le live de Biréli et Sylvain Luc, et j'ai trouvé certains solos de Biréli très brouillon. Il tente beaucoup de chose (des effets sonnores que je trouve intéressants), envoie beaucoup de notes, mais c'est pas toujours très cohérent et tenu. On dirait parfois un gamin qui tire dans tous les sens avec une mitraillette. (Et pour ceux qui aiment le tir, il tire moins vite et moins précis que Joscho, chose incontestable je pense.)Sur ce live, Sylvain Luc me semble bcp plus mature et artiste.Encore une fois, tout cela n'enlève rien au talent de Biréli (et son dialogue ac Luc est superbe). Comme on en avait convenu dans les dernières discussions, ça sert à rien de se prendre trop la tête : Biréli n'est pas l'auteur d'UNE OEUVRE. C'est plutôt un surdoué qui participe à des dynamiques artistiques et qui a ouvert des portes. Moi je l'adore surtout dans ses collaborations avec d'autres artistes. Par contre, je l'ai encore vu il y a un mois chez Drucker, pour la mort de Sacha Distel, et c'était vraiment bof - inintéressant au possible.Et ce qui m'agaçait à l'époque de l'article, c'est justement qu'on ne voit que lui...Après c'est pas de sa faute, et il garde toute notre sympathie.Enfin, sur Joscho, je comprends un peu mieux maintenant les réticences de certains à son égard, et son côté spectacle (les dernières vidéos sur youtube) commencent à m'agacer.MAIS, à chaque fois que je réécoute ce live où je l'ai enrigistré, j'me dis "ouaa....."J'ai aucun argument, moi il m'a retourné.Donc je ne peux faire qu'une chose, vous inviter tous à l'écouter :http://dissidence.libre-octet.org/musique/

RICHARD Bruno 22/11/2007 12:25

Bonjour, je viens de découvrir à la fois Joscho et votre débat !j\\\'ai "apprécié" d\\\'emblée la technique et quelques idées fulgurantes du dit guitariste (sur "j\\\'attendrai"), sans pour autant éprouver le choc de "l’inattendu" comme à la première écoute de barney KESSEL (The artistry of), de Philip CATHERINE, de George BENSON (et ouais!) de Pat METHENY... et bien d\\\'autres encore, qui ont cette suprême qualité d\\\'être reconnaissable dès la première note! J\\\'ai cité volontairement  quatre artistes capables de jouer dans des registres très variés dont des standards de Django. Je reviens sur eux plus tard...
J’apprécie la pertinence du débat levé sur les rapports de la musique des medias et de l’argent, depuis que les majors emploient comme directeurs artistiques des diplômés d’école de commerce au lieu d’amoureux fous de la musique comme par le passé, Quincy JONES et Eddie BARCLAY.
Je comprend moins l’acharnement auprès des bobos « téléramistes » (qui me font sourire aussi à bien des égards), qui seraient superficiels, snobs etc.Mais dont la santé mentale m’inquiète moins que celle des lobotomisés prêts à se lever à 5 heures du mat pour ne pas rater la sortie d’un CD de Mylène FARMER, des beaufs de toutes classes sociales (et tant pis pour le politiquement correct) qui crient au génie d’ HALLIDAY  au prétexte qu’il a duré...
 
Je reviens donc sur LAGRENNE : j’écoute son interprétation de « STELLA BY STARLIGHT » sur youtube et tout est dit !
Je le trouve à plein d’égard très proche d’un BENSON : un talent protéiforme, à l’apparence parfois distanciée, qui le pousse vers des contrées où certain n’aiment pas le voir (des standards mielleux mais chantés et joués avec quel groove, quel feeling...) avec des ressources encore inexploitées...
c’est vrai, on aimerait  voir Bireli et Stochelo aussi habités qu’un Pat METHENY, un CATHERINE ou un SCOFIELD...
Je me contrefous qu’un mec soit bon tout le temps, y compris sur scène ... ça ne serait pas normal, d’ailleurs ! Il y a tellement de bons et différents moments dans la carrière de Bireli !Pour clore momentanément mon propos, je cite : « Techniquement, il est meilleur que tout le monde... Son jeu extraordinaire dé-stresse justement, on a plus à se prendre la tête avec la technique chez lui... » : Celui qui écrit ça (et je le dis en plaisantant sérieusement !) n’a sans doute pas écouté Sylvain LUC (encore un « protéiforme »)